New-Orleans #2

Veille de départ, petite fiesta avec les amis entraînant une sévère gueule de bois pour l’avion le lendemain (erreur 1). Réveil difficile, attente interminable, on se fait arnaquer à l’aéroport par un sale type qui nous assure qu’on doit plastifier nos bagages : 40e (erreur 2). Momo perd sa culotte à la douane, fou rire.

On pose nos fesses tous serrés dans un avion trop petit au très bon rapport qualité/prix. On survole la Norvège en se disant que WAOUUUUUUW, faudra revenir un de ces jours, puis on dort dans l’aéroport de New-York où je tenterai une décoloration approximative de les cheveux aux chiottes. Nouvelle vie, nouvelle tête ! Effet raté garanti !

Quand on est arrivées à la Nouvelle-Orléans, on ne savait pas trop à quoi s’attendre. On avait un logement pour deux nuits et c’est tout. Il fallait ensuite se débrouiller.

On est descendu de l’avion, marché dans le l’aéroport climatisé, trouvé la sortie et pris une grosse claque humide. Sans rire, il devait faire plus de 20 degrés au 15 décembre. Bonheur !
On s’est mise en route pour notre logement du soir. Et on s’est perdu. Erreur de débutant 3 : un sac de 17kg. Erreur de débutant 4 : ne pas avoir attendu le bus et marcher. « Ca doit pas être loin, ils sont vraiment feignants ses américains hein ».

Ca nous a valu 1h30 de marche en plein cagnard, mes chevilles avaient triplées de volumes, et j’étais clairement incapable de me trimbaler 17 put**** de kilos sur le dos. On a trouvé, et on s’est écroulé, super jetlaguées.

51920012

Deux jours plus tard, on était sans abris, il était 21h. Alors on s’est décidé d’appeler Justin, un contact qu’on nous avait donné là bas. Justin est étudiant, enchaînant les heures de travail dans un parking en centre ville, et aussi, il a un cœur comme CA.

Il nous a accueilli pendant 3 semaines chez lui. Vous imaginez, deux meufs que vous ne connaissaient pas et qui viennent squatter chez vous pendant 3 semaines ?? Le courant est passé, et on a fait la nouba très très souvent, tous les trois dans ce petit appartement. C’était dingue. Retour à l’adolescence non programmé mais qui nous aura fait du bien.

51950036

51950033

51930002

Les horaires de Justin (jusque 23h souvent), nous obligeaient à rester en ville jusque tard, à déambuler, rencontrer des gens, écouter de la musique forcément, refaire le monde un peu aussi, et regarder tout ce qui nous entourait.

Les soirées étaient parfois longues, surtout quand il pleuvait, mais on avait de la suite dans les idées. Je n’ai jamais autant trainé sans but.

51950031

Puis est arrivé Chuck, qui tient un bar rue St Claude (il est un peu la star de la ville, connaît tout le monde, il est adorable, a une voix de dingue et fait de la radio aussi, entre autre….). On a débarqué la bas un soir d’anniversaire privé. Ni une ni deux, nous voilà sur la piste avec toute la famille qui nous explique comment bouger notre boule correctement.

Ca aurait pu en finir là, mais Chuck nous ammena à un autre anniversaire : les 70 ans du saxophoniste du très reconnu Treme Brass Band. Poulet à volonté, danses ratées avec une bonne floppée de vieillards présents, sacrée soirée quoi.

radio_chuck

On va pas se mentir, je crois que pour nous c’est la première fois qu’on se retrouvait en minorité, entourées de noir américains. Et les américains, sont d’une manière générale TRES imposants. Ça nous rendait minuscules, perdues dans cette ville immense, aux rues immenses, aux voitures immenses et aux gens tout aussi immenses.

C’était vraiment le choc des cultures, mélangé à la découverte d’un endroit nouveau et beau. C’était enivrant et franchement épuisant !

Premier Noël loin de notre famille, ça aurait pû être difficile. Que nenni ! Quelques jours avant Noël, Jules et Johana nous on ouvert leur porte, dans leur maison au bord du Mississippi. Endroit de rêve.

On a fait un beau sapin en leur présence, parlé de la ville, du Canada aussi, du sens de la vie, encore. Ils nous avaient prévu pain/camembert/gumbo/vin. Mélange des saveurs, bonheur. Ca faisait 10 jours qu’on était jetées ici, et franchement, je crois que tout était tellement inattendu que même en rêve on aurait pas imaginé ça.

Noël avec Justin fût merveilleux, fromage, vin et chocolat. Et on a dansé, dansé, dansé, et chanté jusqu’à tôt, tous les trois, encore. Le 25 dans la rue c’était la folie, les brass band qui jouaient merveilleusement bien et avec tant d’énergie. Il faisait 25 degrés, on dansait encore, buvant des bières pas chères. Noël magique.

51920028

51920024

Ne parlons même pas du Réveillon : musique, musique, bières (oui encore, je sais) et feu d’artifice sur les bord du Mississippi, une douce rencontre et une merveilleuse soirée.

Tout cela a duré trois petites semaines, à un rythme effréné (en tout cas, j’ai l’impression que c’était le cas). Cette transition était parfaite, une belle immersion dans le monde américain « normal », à la fois dérangeante et intéressante.

51920004

51920008

L’aventure a pris ensuite un nouveau tournant pour nous : nous allions aider à construire une maison en échange de nourriture et d’un toit. James Town. Ce sera pour la prochaine fois. ;)

Un commentaire sur « New-Orleans #2 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s